Dam Chanty (Cambodge) : lauréate ex-aequo du Prix Paul K. Feyerabend 2009

Dam Chanty (Cambodge) : lauréate ex-aequo du Prix Paul K. Feyerabend 2009

Femme autochtone d’origine Tampuen/Lao, Dam Chanty a un long passé de défense des droits des populations autochtones de la province de Ratanakiri et du Cambodge (la province de Ratanakiri est située au nord-est du Cambodge ; la majorité de ses 125 000 habitants est composée de groupes autochtones allant de 3 à 25 000 personnes).

Chanty a 53 ans ; elle a six enfants et trois petits-enfants et s’exprime couramment dans les 7 langues parlées dans la province de Ratanakiri : le Tampuen, le Jarai, le Brao (y compris le Kavet et le Kreung), le Kachok, ainsi que le Khmer, le Lao et le Vietnamien. Après la chute des Khmers Rouges en 1979, Chanty a gravi les échelons du Parti du Peuple Cambodgien pour devenir la responsable de l’Association des Femmes de la province de Ratanakiri.

En 1996, Chanty a commencé à travailler pour des ONG et, depuis, elle a joué un rôle décisif dans la création de deux réseaux indigènes actifs dans le nord-est du Cambodge – l’association Highlanders et le Réseau de Protection de la rivière Sesan. Ce dernier a été créé pour faire entendre la voix des 20 000 riverains de la rivière Sesan affectés par la construction d’un barrage en amont, au Vietnam (le village natal de Chanty est situé au bord de la rivière Sesan).

Depuis 2001, Chanty est la coordinatrice de la HASO (Highlanders Association Support Organisation), qui a facilité l’émergence d’un réseau autochtone opérant maintenant dans 91 villages et soutenu la participation de la population autochtone dans les débats sur les droits à la terre, l’identité culturelle et l’accès à l’éducation, à la justice et à la santé. Chanty est également membre d’un groupe de travail gouvernemental sur les titres fonciers autochtones et elle a représenté son peuple dans diverses rencontres et conférences nationales et internationales. Depuis des années, elle travaille sans relâche pour un maigre salaire. Dans un environnement de développement économique incontrôlé et dans une province éloignée et restée presqu’entièrement isolée jusqu’à récemment, son travail était difficile et risqué. En 2005 par exemple, Chanty et l’association Highlanders ont joué un rôle déterminant pour convaincre un village de ne pas vendre sa terre à un homme d’affaire puissant. A la suite de ces événements, Chanty a évité de peu les balles d’un homme embauché pour la tuer. Au cours de l’affrontement, l’homme a trouvé la mort après avoir aussi tué un policier local. Récemment, Chanty a dû défendre sa propre maison contre les tentatives de politiciens locaux puissants de vendre le terrain sur lequel elle est construite.

Le travail de Chanty est tout entier au service de la construction d’une organisation forte et indépendante, capable de défendre les intérêts des communautés indigènes Ratanakiri. Les progrès sont encourageants : des communautés plus fortes et confiantes dans leurs capacités de lutte, avec de meilleures connaissances des lois et de leurs droits. Mais il y a encore beaucoup à faire, et Chanty et la HASO restent des soutiens vitaux pour les peuples autochtones aux prises avec une quantité impressionnante de défis.