Hernán Guillermo Rodas Martínez (Equateur) : lauréat du Prix Paul K. Feyerabend 2007

Hernán Guillermo Rodas Martínez (Equateur) : lauréat du Prix Paul K. Feyerabend 2007

Après des études en philosophie, théologie, sociologie et anthropologie, Hernán Rodas devint un prêtre militant du mouvement de la théologie de la libération. A l’écoute des pauvres, il fut un pilier de l’équipe qui retraduisit la Bible selon la perspective des paysans amérindiens – une version qui connut ensuite des centaines d’éditions en espagnol et en d’autres langues.

Les traits fondamentaux d’Hernàn sont la chaleur humaine, l’empathie, le goût de la vie et l’énergie – à la fois sereine et exubérante. Par l’intermédiaire de la musique, la peinture, l’architecture, la poésie, le théâtre, la discussion publique, et surtout le travail en commun, Hernán a soutenu l’auto-organisation de diverses communautés rurales marginalisées en Equateur, son pays natal. Il a travaillé d’un côté à la satisfaction des besoins primaires (nourriture, eau, logement, travail, relations avec les autres), de l’autre il a aidé les gens à comprendre les forces qui pèsent sur eux, celles qui déterminent et reproduisent les systèmes de pouvoir.

Par rapport à d’autres situations similaires, le travail d’Hernán est frappant par son succès : les travailleurs des plantations de bananes de Zhumiral qui, il y a vingt ans encore, étaient durement exploités et connaissaient des conditions de vie et de travail pénibles, produisent aujourd’hui dans leurs propres champs des fruits biologiques pour l‘exportation. Les habitants de Paute, qui avaient tout perdu lors d’une « catastrophe naturelle annoncée », sont aujourd’hui à l’avant-garde pour ce qui concerne la formation des jeunes, l’assistance juridique gratuite, l’organisation des femmes, les programmes d’échange entre communautés et les organisations de crédit mutuel. La coopérative d’épargne et de crédit de près de 90 000 membres soutenue par Hernán est considérée aujourd’hui comme la plus efficace d’Amérique Latine par la Banque Interaméricaine de Développement (BID)… et cela même si cette coopérative refuse la logique du profit économique pur pour privilégier les bénéfices sociaux, environnementaux et politiques. Le secret, dirait Hernán, est son ancrage dans de véritables communautés – des communautés qui se connaissent, se respectent et sont solidaires les unes avec les autres.

Hernan and Nurit