Damodar Kashyap – Faire en sorte que chaque village ait sa forêt

Damodar Kashyap – Faire en sorte que chaque village ait sa forêt

Damodar Kashyap a environ 67 ans et appartient à la communauté Bhatra de Sandh Karmari, un village de 1500 personnes composé de plusieurs hameaux à la frontière orientale de Bastar, Chhattisgarh (Inde). Pendant 35 ans, il a été le Sarpanch Panchayat , et son mandat principal était la conservation des forêts de la région. Le village peut maintenant se vanter d’avoir plusieurs grandes forêts de sals (shorea robusta) et plusieurs bosquets sacrés, entretenus par la communauté villageoise dans la vieille tradition du qui répartit la responsabilité de la protection des forêts parmi tous les membres du village. Les patrouilles dans les forêts du village sont volontaires, réalisées à tour de rôle par chaque famille. Cette pratique, encouragée et soutenue par Damodar, a entretenu la solidarité au sein du village. Ce faisant, Damodar fut un dirigeant au sens plein du terme, maintenant de bonnes relations entre les gens, sauvant l’intégrité des forêts et des bosquets sacrés et en aidant chacun à donner le meilleur de soi-même.

Récemment, le message de Sandh Karmari s’est propagé aux 10-15 villages voisins qui ont perdu leurs forêts et dépendent des forêts de Karmari. Damodar a organisé des réunions avec eux et leur a proposé de restaurer eux aussi leurs forêts dégradées et de protéger ce qui en reste. Une telle relance des systèmes traditionnels de gestion de la forêt est si cruciale … et pourtant elle n’est souvent pas même tentée. Si l’on considère l’immense pression supportée par les forêts d’Asie, les initiatives de Damodar sont encore plus impressionnantes. Il fait preuve d’une capacité peu commune pour faire face aux tensions et aux énormes pressions sur les forêts, créées par les villages voisins, les bucherons illégaux et la rareté des ressources naturelles supportée par une population locale importante. Grâce à tout cela, il est resté un chef dans toute l’acception du terme, maintenant de bonnes relations avec les gens, sauvant l’intégrité de la forêt et des bois sacrés, et donnant à chacun une chance d’être le meilleur qu’il puisse être.

Damodar et deux de ses amis ont aussi contribué à la création du Forum d’Action Juridique et Environnementale (LEAF), un groupe adivasi qui traite des problèmes des communautés. Grâce au LEAF, de nombreux villages se sont réunis pour restaurer plusieurs bosquets sacrés ; rajeunir le système de justice communautaire avec des conseils villageois ; établir des pépinières d’espèces locales pour l’enrichissement des zones forestières dégradées ; traiter les affaires judiciaires impliquant des personnes adivasi à un coût minimum ; et s’occuper des problèmes de santé des adivasi dans plusieurs villages. La plupart de ces activités sont encore en cours avec une participation croissante de jeunes. Damodarest en fait l’un des rares membres de sa tribu qui ait quitté le village pour faire des études et qui soit ensuite revenu chez lui… La tendance est forte aujourd’hui de ces jeunes qui migrent vers les villes pour chercher un emploi et « une vie meilleure ». A l’inverse, Damodar est revenu à sa terre et à son peuple et il a travaillé pour la conservation et un mode de vie durable.

Nous espérons que le prix PKF 2014 motivera les communautés tribales dans lesquelles Damodar vit et travaille, et en particulier la jeune génération qui, touchée par les multiples forces de la modernité, a tendance à regarder à l’extérieur de sa communauté et à négliger la « sagesse traditionnelle ». Le prix PKF remis à Damodar aidera à restaurer le respect et la dignité des savoirs traditionnels ainsi que les initiatives de conservation de la communauté. Qu’il fasse en sorte que la jeunesse locale comprenne la valeur de ce prix et la chance qu’elle a eue d’apprendre avec un vrai sage issu de son propre milieu.

http://www.downtoearth.org.in/content/histoire-de principe-chef-conservateur-forêts-bastar-chhattisgarh

Télécharger un ensemble de photos